Quelles sont les opportunités à l’export ?

Pourquoi exporteePartir à la conquête des marchés internationaux permet à votre entreprise de diversifier l’offre proposée étendue sur plusieurs marchés et de satisfaire des clientèles avec des besoins différents.  L’international vous permet ainsi d’augmenter votre portefeuille de contacts et de répondre à des opportunités de ventes.
Si l’exportation favorise la croissance durable d’une entreprise en réduisant sa dépendance à l’économie de son pays, elle limite aussi les pertes face à une saturation du marché.
En délivrant votre offre dans plusieurs pays, vous ne perdrez alors pas la totalité de votre clientèle et pourrez toujours continuer à vous développer.

Se lancer à l’international maintenant !

L’internationalisation est devenue une tendance liée à un environnement favorable pour le commerce de biens et de services. Les balances de paiements sont aujourd’hui positives de 30 % par rapport au PIB mondial, contre un taux de 13 % au cours des années 70.
La globalisation et la libéralisation des échanges motivent les entrepreneurs à s’ouvrir aux marchés étrangers.
L’ère technologique et le développement de moyens de communication offrent à tous une interconnexion et permettent aux entreprises d’appréhender la distance avec leurs clients en agissant plus efficacement et plus rapidement à l’international.

La confiance dans les marchés émergents reste forte. Moteurs de la croissance du commerce international, le Vietnam, la Chine, l’Inde, la Malaisie et l’Indonésie, cinq des pays émergents, regroupent les meilleures projections de croissance avec une augmentation de 8 à 11% par an entre 2014 et 2030.

De meilleures perspectives commerciales s’ouvrent ainsi aux entreprises exportatrices. Celles-ci expliquent enregistrer un plus grand nombre de commandes importantes grâce à l’augmentation de la demande venant de leurs principaux marchés.

De plus, les français bénéficient d’atouts dans la conquête de marchés étrangers grâce à la très bonne réputation de la France en matière de R&D, de technologies et d’ingénierie.

 Une source de richesse et de « positive attitude »

Chaque année, BPI France rédige un rapport sur l’évolution des PME. Le dernier rapport démontre que les PME exportatrices multiplient en moyenne par 1,7 leurs chiffre d’affaire et qu’elles sont plus positives et confiantes concernant leur développement vis-à-vis de la conjoncture économique.
En effet, nous pouvons comptabiliser « +6 points d’opinions favorables » pour les entreprises exportatrices contre « 0 opinion favorable » pour les entreprises non-exportatrices.

Ajoutez à cette « positive attitude » des exportateurs, un effet bien rémunérateur. Plus de 10 000 dirigeants situés dans 7 pays européens ont été interrogés en 2015 sur leurs exportations pour une étude UPS SME Exporting insights. Il en ressort que 49% des Pme qui exportent ont vu leurs revenus augmenter dans les trois dernières années, plus particulièrement par le biais d’internet.

Un nid d’opportunités

Beaucoup d’entreprises anticipent une augmentation de leur volume d’échanges commerciaux.
Les marchés européens sont plus faciles d’accès grâce à leurs proximités et font l’effet d’un tremplin pour accéder aux marchés lointains comme lors de l’internationalisation vers les pays scandinaves ou l’Angleterre. En effet, s’implanter dans ces pays permet de se lancer ensuite aux Etats-Unis ou bien se faire porter par des firmes internationales présentes sur plusieurs continents.

Les Etats-Unis et la Chine, cibles principales des exportateurs

De plus, l’Asie (avec le Bengladesh, l’Inde et l’Indonésie) offre les meilleures opportunités d’affaires pour les entreprises. La Chine représente, elle, une part croissante du commerce mondial grâce à sa position puissante d’exportatrice et de son large marché pour les exportateurs étrangers.
Une augmentation de 18 à 29% de la part de la Chine dans les exportations mondiales est estimée de 2013 à 2030. Cette puissance regroupe de nombreuses opportunités dans le nucléaire, le développement durable et l’agroalimentaire.

Les Etats-Unis et la Chine, par leurs dynamismes et leurs tailles, sont alors les deux principales cibles des entreprises françaises exportatrices. Ces deux puissances n’hésitent pas à investir dans les start-up et attirent de nombreuses technologies de rupture.

Les pays européens, marchés de proximité

N’oublions pas les pays européens, marchés de proximité, représentant des opportunités pour un management plus harmonisé et contrôlé et un déplacement plus rapide sur place. N’ayant pas à appréhender de trop grandes spécificités nationales, il sera alors plus facile de s’implanter en Europe qu’aux Etats-Unis ou en Chine.

  • Grâce à leurs environnements stimulants, le Royaume-Uni comme l’Allemagne stimulent l’essor des start-ups. Se positionner dans un de ses deux marchés vous permet d’affirmer le pouvoir de votre PME sur votre secteur en Europe.
  • De plus, les pays nordiques sont un tremplin à l’international grâce aux présences de leurs firmes sur plusieurs continents. Les pays scandinaves ont un cadre socio-économique et culturel favorable à de nombreux investissements étrangers et à l’épanouissement de PME.
  • L’Europe centrale comme la République Tchèque et la Pologne a aussi rattrapé son retard en misant sur l’émergence de compétences avancées dans des domaines techniques comme l’informatique.

Au vu de ses nombreuses opportunités à l’international, il est nécessaire que les PME soient accompagnées par des spécialistes et qu’elles soient bien conseillées sur le choix du marché stratégique en fonction des atouts et du type de fabrications de l’entreprise.

Un relais de croissance efficace à la seule condition d’établir une stratégie solide à l’export

Comme expliqué précédemment dans l’article « Posez-vous les bonnes questions avant d’exporter !», il est primordial d’établir une stratégie à l’export en accord avec les objectifs de l’entreprise, son avantage compétitif et son environnement évolutif.
Se lancer sur un nouveau marché ne s’improvise pas. En effet, il faut prévoir plusieurs scénarios et envisagez des solutions pour gérer les difficultés rencontrées.
Eviter les mauvaises surprises et réaliser une solide étude du marché étranger. Vous maîtriserez alors les risques pays et commerciaux. Votre développement international sera bien souvent accompagné d’une augmentation du chiffre d’affaire, d’une amélioration des marges et d’une réduction des risques.

J’y reviendrai plus tard dans un prochain article, mais la connaissance des contextes interculturels, comme les mentalités ou l’organisation du travail est nécessaire pour votre bon développement à l’export. La réalisation d’un voyage pré-affaires sera alors primordial pour s’affranchir des différences culturelles.

Pour ne pas avoir de mauvaises surprises durant votre export, n’hésitez pas à me contacter pour procéder à l’étude de votre marché à l’international ou pour en savoir plus sur les différences culturelles de votre clientèle cible. www.globex-international.com

Petite structure, comment se faire aider ?

Un cabinet spécialisé peut vous accompagner dans votre projet d’internationalisation. Le consultant à l’export joue un rôle considérable dans l’étude de la faisabilité de votre projet. Vous pouvez contacter ces consultants pour trouver le marché idéal en fonction de votre production, pour rectifier des imperfections dans votre projet d’internationalisation mais aussi pour lui faire part de vos doutes et lui demander des conseils. Tous les atouts seront mis de votre côté pour vous garantir une internationalisation pérenne.

L’assurance prospection de la COFACE permet de lutter contre le risque d’échec d’une opération de prospection à l’international.
Business France, l’agence française pour le développement international des entreprises, propose également des aides régionales et nationales pour accompagner les PME à l’export.
De plus, le bureau des services opérationnels aux entreprises de la DGE est l’interlocuteur des principaux acteurs des foires, salons, congrès et accompagnent les exportateurs dans leur politique de développement.

De plus, de nombreux programmes organisés par BPI France, Business France ou Classe Export jouent un rôle de tremplin pour l’internationalisation des Start-up comme l’Acceleratech China.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *